Ce n’est pas le moment de priver les agriculteurs et producteurs agroalimentaires de pouvoir d’achat !

Il y a des moments uniques dans l’histoire d’un secteur qu’il ne faut jamais oublier. Les États généraux de l’alimentation ont été un de ces moments charnières. Ils ont rassemblé 860 personnes représentant les agriculteurs, les producteurs agroalimentaires et la grande distribution. Ces États généraux ont mis d’accord 99% des participants autour d’un constat, d’un objectif et de moyens pour y parvenir. Le constat, c’est la guerre des prix dans la grande distribution qui a ruiné nos filières. L’objectif, c’est de redonner de la valeur aux produits agricoles et agroalimentaires pour redonner du pouvoir d’achat aux femmes et aux hommes qui sont derrière. Les moyens, ce sont essentiellement deux mécanismes : la hausse du seuil de revente à perte dans la grande distribution pour que celle-ci arrête de marger si fortement sur les produits agricoles et l’encadrement des promotions qui détruisent la valeur des produits. Il y a eu consensus autour de ces ...

La LME dynamitée ! Il faut vite construire l’après-guerre des prix

Après des mois de débats lors des Etats Généraux de l’Alimentation en 2017, le projet de loi Agriculture et Alimentation est discuté à l’Assemblée nationale depuis quelques jours. Coup de tonnerre : le rapporteur Jean-Baptiste Moreau a fait adopter un amendement qui dynamite le cadre des relations commerciales tel qu’il existe depuis 2008. Concrètement le pilier central de la Loi de Modernisation de l'Economie de 2008, c’est-à-dire la convention unique et la négociation commerciale annuelle, n’existera plus pour les produits agricoles et alimentaires !... Alors que tout le monde attendait tranquillement la traduction dans la loi des conclusions des EGA, les députés en ont décidé autrement. Notre environnement commercial, auquel nous étions habitués pour le meilleur mais surtout pour le pire, vient de voler en éclats ! Le premier enseignement de cette nouvelle, c’est qu’il y a une détermination forte afin d’en finir vite avec la guerre des prix. Le second effet immédiat de cette décision est ...

La paix des prix n’aura pas lieu

« Aujourd’hui, les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien » disait Oscar Wilde. Pour y remédier en matière alimentaire, la loi annoncée par le président de la République et par le ministre de l’Agriculture viendra bientôt encadrer les promotions abusives sur les produits alimentaires en les limitant à hauteur de 34% de la valeur totale. Elle relèvera le seuil de vente à perte à 10% pour prendre en compte coûts de transport et logistiques. En attendant, l’attitude des distributeurs expliquant que leurs engagements de mettre fin à la guerre des prix ne concernent que certains produits alimentaires, ou qu’ils ne font de grosses promotions qu’en période de soldes ressemble à une provocation. Nouveau concept, fruit d’une créativité débordante.   Intermarché tombe dans la provocation… Leclerc suit ! Intermarché relance !... Je m’étonne qu’on s’indigne des cohues provoquées par une promotion de 70% sur un pot de Nutella alors que personne ne s’émeut ...