Pour un moratoire des blocages

Mesdames et Messieurs les Gilets Jaunes, ne tirez pas contre votre camp, laissez travailler ceux pour qui vous vous battez !

Mesdames et Messieurs les Gilets Jaunes,

Votre mobilisation a concerné tous les Français parce qu’elle est un appel désintéressé de tous ceux qui n’y arrivent plus à la fin du mois. Nous comprenons votre revendication initiale : réussir la transition écologique sans mettre dans le rouge tous ceux qui n’ont pas d’autre choix que de prendre leur véhicule.

Malheureusement, votre mobilisation est en train de toucher durement au portefeuille ceux-là mêmes que vous voulez défendre : les artisans, les commerçants, les métiers de bouche, les entreprises de l’alimentation, et en particulier les 98% de PME parmi elles. Ce sont tous ceux qui maintiennent la vie dans ce qu’on peut appeler la « France périphérique » justement parce qu’ils la sillonnent en voiture ou en utilitaire font vivre les centre-villes et les villages des régions et des territoires. Les blocages et les manifestations de ces trois dernières semaines leur ont fait perdre entre un quart et un tiers de leur chiffre d’affaires sur le mois de novembre.

La période de Noël qui commence est cruciale pour la survie de milliers de TPE et de PME qui doivent pouvoir produire, aller livrer, ouvrir leurs commerces et faire leur tournée avant la fin de l’année. Continuer à les bloquer reviendrait à « marquer contre votre camp. »

Vous avez été nombreux à dire qu’il n’était pas question de relâcher la pression. Nous proposons un moratoire sur les blocages de routes, de commerces et d’entrepôts jusqu’à la fin de la trêve de Noël. Les manifestations pourraient se dérouler si elles n’impactent pas les zones commerçantes qui ont déjà trop souffert.

Chez nous, chez vous, dans les territoires, des embauches vont être annulées pour la période de Noël et des commerces seront en danger dès janvier. Pour ne pas dégrader encore plus une économie sinistrée, nous savons compter sur votre inventivité collective pour continuer votre combat sans pénaliser ceux qui souffrent inutilement.

Nous espérons que vous entendrez notre appel solidaire.

18 000 petites et moyennes entreprises de l’alimentation

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *