L’économie de la peur.

Mauvais

Forcément mauvais !

Forcément partiaux !

Forcément mensongers !  

Chaque fois que les entreprises de l’alimentation travaillent sur un projet qui améliore OBJECTIVEMENT la vie des consommateurs, les marchands de la peur font obstruction.

C’est leur business qui est en jeu.

Les entreprises de l’alimentation travaillent sur une base de données fiables et mise à jour directement par les fabricants. Ils créent une plate-forme qui pourra ainsi servir une application comme YUKA ou Open Food Facts, et même les enrichir.

Méfiez-vous, fuyez : c’est forcément une arnaque !

On pourrait décliner cet exemple à l’infini.

Une entreprise de l’alimentation réduit le sel dans ses produits depuis 10 ans : tromperie !

Les entreprises de la sucrerie réduisent les quantités de sucre ? Mensonge !

Un chercheur sort une étude qui ne plaît pas aux marchands de la peur ? Ce dernier est forcément « acheté ».

Cette vision manichéenne est non seulement datée. Mais aussi dangereuse.

Face au défi collectif de mieux se nourrir, jouer les uns contre les autres n’est tout simplement pas une option. De même qu’il est absurde de mettre en scène de façon caricaturale les petits contre les gros, les authentiques locaux contre les méchants internationaux.

Oui, les journalistes ont raison quand ils énoncent les faits. Quand ils dénoncent les fraudes. Mais aussi quand ils reconnaissent les progrès réalisés ! Quand ils informent les clients plutôt que de prospérer sur les peurs. Quand ils refusent de sombrer dans ce complotisme suicidaire qui nuit à tout le monde :

– aux consommateurs qui veulent avant tout mieux manger et deviennent malgré eux prisonniers de « foodbashing » dont ils sont les premières victimes.

– aux 18 000 entreprises et plus 427 000 salariés dont l’objectif, chaque matin, n’est pas d’empoisonner les clients, mais d’offrir une alimentation bonne et sûre.

Nous ne sommes en France que le 2nd pays au monde en termes de qualité et de sécurité alimentaires. Et il nous reste beaucoup à faire pour être premiers.

PME, entreprises nationales… : tout un écosystème est fier de nourrir la France quotidiennement. C’est notre mission. Alors, plutôt que de passer son énergie à détruire, à être négatifs perpétuellement, misons sur un mot : la confiance.

  • Construisons la confiance
  • Imposons-nous la confiance.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *