Coronavirus : l’absentéisme, « le plus grand danger » pour l’industrie alimentaire- Les Echos

Par 0 No tags Permalink 2

Cette semaine, j’ai été interrogé par Marie-Josée Cougard, journaliste au quotidien LesEchos, sur les conséquences de la crise actuelle auprès des entreprises de l’alimentation. Très bonne lecture.

L’industrie alimentaire est « en ordre de marche » pour répondre aux besoins de la population. Certaines entreprises sont beaucoup plus sous pression que d’autres. Les fragilités ne tiennent pas tant à leur taille qu’à l’adéquation de leur offre aux nouveaux comportements des consommateurs. Le risque est à venir et lié à l’impact de la propagation du coronavirus sur les salariés, la demande et les arbitrages qui en découleront.

Comment caractériser la situation de l’industrie agroalimentaire aujourd’hui ? 

Le chef de l’Etat et le gouvernement nous ont assigné pour mission de veiller à nourrir les Français. Nous sommes en ordre de marche. Les entreprises ont toutes répondu présentes. Les usines fonctionnent. Nous avons des réunions quotidiennes, des échanges profonds et coordonnés avec tous les membres du gouvernement. 

Tous les secteurs sont-ils logés à la même enseigne ? 

Non. La pression est énorme sur certaines productions. Certaines usines ont eu du mal à suivre et c’est normal. Quelle entreprise peut faire face à un doublement de ses commandes du jour au lendemain ? C’est le défi qu’ont dû relever les fabricants de pain en tranches. Les usines sont passées en trois huit, sept jours sur sept avec une production maximale. La frénésie d’achat dure depuis un mois et il n’y a pas eu de pénurie. Les commandes sont assurées. 

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *