Ce soir, un ami est parti

Ce soir, un combattant est parti, qui s’est battu passionnément pendant 17 ans pour le monde qu’il aimait, celui de l’agriculture.

Ce soir, un grand dirigeant est parti, un des rares qui aient une vraie capacité à entretenir et renforcer un dialogue de plus en plus important dans la filière agricole et agroalimentaire.

Ce soir, un défenseur acharné des agriculteurs et du monde paysan est parti. Il a toujours défendu, quoiqu’on en dise, les exploitants, petits et grands, frappés par une crise durable.

Il le disait très récemment sa dernière interview au « Figaro » en décrivant son ambition « immense » pour une politique de l’offre. « Pour réussir, », disait-il, « elle doit impliquer tous les acteurs de la chaîne agroalimentaire, des producteurs jusqu’aux distributeurs en passant par les industriels : quand sonne le tocsin, la mobilisation doit être collective. ».

Il a su construire une vision basée sur la fierté d’être agriculteurs pour tous ceux qui exercent ce métier. Une reconquête qui passera selon lui par l’ouverture de l’agriculture à de nouvelles innovations venues d’autres secteurs économiques : technologiques comme les biotechnologies, sociales, environnementales. La fierté pour la France d’avoir une agriculture forte, qui représente, il nous le rappelait, 14% des emplois en France et une énergie irremplaçable pour l’aménagement des territoires ruraux. Le plus important pour lui, c’était la fierté pour les Français de profiter chaque jour de produits de qualités issus de l’agroalimentaire français, qui fait figure d’exception dans le monde par son exemplarité sur la traçabilité et l’exigence dans l’offre.

Ce soir, un grand entrepreneur est parti, un entrepreneur du monde agricole et de l’élevage français. Ses engagements, pour agir sur les relations commerciales de la France ou sur les réglementations qui sont le quotidien des éleveurs, en passant par la promesse de plus de qualité pour les consommateurs, ont toujours été suivis avec grand professionnalisme. Il s’est engagé avec la même ténacité pour développer son exploitation, son groupe, pour porter au plus haut la parole des agriculteurs au travers de la FNSEA et pour convaincre au sommet de l’Etat et de l’Union Européenne de la nécessité d’investir dans une nouvelle stratégie agricole.

Ce soir, la France a perdu un ami malade qui a voulu rester sur le ring jusqu’à la dernière reprise. Touché au cœur par les dernières attaques personnelles de journalistes partisans de l’information sensationnelle, pour faire de l’audience au détriment de la réalité, il n’en a été que plus combatif, au service de sa cause. Il le disait dans son dernier livre, la France a plus que jamais besoin de retrouver une stratégie agricole. J’ai aimé, comme beaucoup d’autres, l’entendre nous la décrire. Je sais que ce qu’il a semé va continuer à grandir dans les mois et les années qui viennent et que d’autres vont ramasser le flambeau. J’espère être de ceux-là.

Ce soir, mon ami Xavier Beulin est parti.

Mon ami, tu vas grandement nous manquer.

J’adresse mes sincères condoléances à ta famille, à tes proches et au syndicat de la FNSEA.

1 Comment
  • Ulliac
    février 23, 2017

    Bonsoir Monsieur Girardot,
    Merci pour votre message poignant.
    Je suis très sensible à la valeur humaine, syndicale et entreprenariale que vous reconnaissez chez Xavier Beulin.
    A titre personnel, je suis touché par sa disparition. J’ai beaucoup apprécié la sincérité de son combat pour les agriculteurs.
    Bien à vous
    Yann Ulliac

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *