Sans nitrite : Herta révolutionne (encore) le jambon

Cela fait plusieurs centaines d’années que l’Homme utilise des nitrites comme agents de conservation. Ils jouent un rôle essentiel dans la sécurité alimentaire, notamment pour empêcher le développement de bactéries susceptibles de développer des maladies graves, telles que le botulisme, la listériose et la salmonellose. On se souvient par exemple de la conservation des aliments grâce à du salpêtre dans les caves d’autrefois. Ces dernières années, nous avons utilisé du nitrite de sodium afin d’assurer la conservation. Il est dans certains cas issu de plantes comme le céleri, très riche en nitrate. Nos consommateurs nous ont lancé un défi, et quel défi ! Nos consommateurs nous ont lancé un grand défi : proposer un jambon conservé sans nitrite, fabriqué avec une liste d’ingrédients plus simple et plus compréhensibles et garantissant le même niveau irréprochable de sécurité alimentaire. Quel défi ! En 50 ans d’existence, Herta n’avait pas encore réussi à le relever. Maintenant, c’est chose ...

L’agroalimentaire français trouve encore de nouvelles frontières

Par 0 No tags Permalink 53

Le Salon International de l’Alimentation qui s'est tenu à Paris Villepinte a été l’occasion de faire le point sur les perspectives de notre secteur. On a fait beaucoup de bruit sur le Salon de l’Auto, ses innovations, ses nouveautés. Mais n’en déplaise à nos amis constructeurs, l’esprit pionnier est bien plus chez nous que chez eux ! Bien sûr, et je l’ai dit ici de nombreuses fois, l’industrie agroalimentaire française est plongée au cœur de nombreuses problématiques, tant économiques, sociales que de consommation et d’environnement. On lui prête volontiers une image quelque peu dépassée, et pourtant ce secteur est plus que jamais à suivre dans les prochains mois et prochaines années. Cette activité porte en elle les enjeux du monde de demain et commence dès à présent sa métamorphose portée par une envie responsable et durable. La richesse de l’économie française Le secteur agroalimentaire en France est le 1er secteur industriel en termes d’emplois et de ...

Réaction à « Cash Investigation » du 13 septembre

L’émission "Cash Investigation", diffusée sur France 2 ce 13 septembre sur le thème des industries agroalimentaires, a particulièrement visé les 13 000 salariés de notre entreprise Nestlé. Ce reportage à charge a décrit notre activité avec un ton particulièrement condescendant envers les 450 000 salariés de l’agroalimentaire en France, petites et grandes entreprises confondues, sur tous les territoires. On les réduit à « un chiffre d’affaires de 170 milliards ». On en fait des cyniques sans foi ni loi ni responsabilité. On oublie leur savoir-faire et leur attachement aux territoires, en lien avec les agriculteurs. Cette émission orientée oublie l’objectivité journalistique, laquelle devrait évoquer les obligations imposées aux industriels pour la protection de la santé des consommateurs, la traçabilité des aliments. Non, le botulisme n’a pas disparu, et l’agence de Santé Publique nous le rappelle justement. Pourquoi affirmer le contraire ? Dans quel but ? Par ailleurs, et grâce en grande partie à la réglementation ...

« La grande distribution ne négocie plus, elle nous met en garde à vue »

Interview parue dans "Capital", publiée sur le site capital.fr le 31 mars 2015 : Pas langue de bois, ce grand patron dénonce le climat dégradé entre industriels et distributeurs. Entretien sans concession. Capital : Comment se sont déroulées les négociations commerciales de 2015 avec la grande distribution ? Richard Girardot : Sur le fond comme dans la forme, on ne peut plus appeler cela des négociations. Quand vos équipes doivent attendre huit heures, dont trois enfermées dans un box, pour signer un accord à 23h30, comme elles l'ont vécu le 28 février dernier, j'appelle plutôt cela une «garde à vue». Dans ma longue carrière d'industriel, je n'ai jamais vu ça. Capital : La création de mégacentrales d'achats entre distributeurs ne fait pas votre affaire... Richard Girardot : On avait démarré les discussions à la fin de l'été avec huit clients, on les a terminées avec quatre. Les nouvelles centrales ont imposé une baisse globale des prix. ...