Halloween est fini : on arrête de se faire peur ?

Par 0 No tags Permalink 3

En cette fin d’année 2019, le « foodbashing » a atteint des sommets. Comme si Halloween avait contaminé les esprits : il n’a jamais semblé aussi facile de faire peur à nos concitoyens. Pas une journée, pas une heure sans qu’un média, une association ne parte en croisade contre nos assiettes. La recette est toujours la même. Prenez une entreprise de l’alimentation. Forcément méchante, cynique, qui a l’outrecuidance de créer des emplois sur le territoire et de valoriser un savoir-faire. Puis semez le doute : faites une étude à charge, insérez des mots compliqués, utilisez le conditionnel, (superbe façon de semer le doute sans en porter la responsabilité), ne lésinez pas sur les raccourcis :   Un exemple ? L’ONG Foodwatch qui évoque « des huiles minérales » trouvées dans du lait infantile.  Pour l’ONG, le sujet est parfait : des bébés et des parents qui vont forcément s’angoisser. En amont Foodwatch a bien léché sa communication. Sur le document de presse, on voit des bouteilles de lait ...

Voyage en terres inconnues.

Lâchez twitter, oubliez vos préjugés.   Le temps d’une journée quittez vos villes polluées : venez et voyez ! Le 7, 8, 9 novembre, plus de 120 entreprises de l’alimentation vous ouvrent leurs portes sur tous les territoires.  Vous voulez voir de l’intérieur comment vos aliments sont produits, vous avez des questions sur les recettes, des doutes sur les ingrédients ?  Ces journées portes ouvertes sont à marquer d’une croix dans votre agenda. Choisissez la taille qu’il vous plait : petits ou gros. Il y a tout ce qu’il vous faut : huiles Lesieur à Vitrolles, pizzas Buitoni à Caudry, Confiseries Alex et Olivier dans le Loiret, œufs Geslin en Vendée, Divine fromagerie en Haute-Marne, fromage Petit Billy en Ille-et-Vilaine, Biscuits l’Atelier Saint-Michel en Loir-et-Cher, Jus de fruits Caraïbes en Guadeloupe…  Vous verrez qu’ici, dans les territoires, il n’y a pas de faux débat entre PME, ETI et grandes entreprises de l’alimentation. Chacune est partie intégrante du paysage. Dans ces communes, nulle mise en scène artificielle des « gentils petits » contre les « méchants gros ». Ces ...