La paix des prix n’aura pas lieu

« Aujourd’hui, les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien » disait Oscar Wilde. Pour y remédier en matière alimentaire, la loi annoncée par le président de la République et par le ministre de l’Agriculture viendra bientôt encadrer les promotions abusives sur les produits alimentaires en les limitant à hauteur de 34% de la valeur totale. Elle relèvera le seuil de vente à perte à 10% pour prendre en compte coûts de transport et logistiques. En attendant, l’attitude des distributeurs expliquant que leurs engagements de mettre fin à la guerre des prix ne concernent que certains produits alimentaires, ou qu’ils ne font de grosses promotions qu’en période de soldes ressemble à une provocation. Nouveau concept, fruit d’une créativité débordante.   Intermarché tombe dans la provocation… Leclerc suit ! Intermarché relance !... Je m’étonne qu’on s’indigne des cohues provoquées par une promotion de 70% sur un pot de Nutella alors que personne ne s’émeut ...

C’est qui le patron ?

Le 11 octobre 2017, le Président de la République dans son discours de Rungis énonçait ses premières conclusions relatives aux Etats Généraux de l’Alimentation. Il y posait clairement les principes d’une réévaluation des seuils de revente à perte et de l’encadrement des promotions pour mettre fin à la guerre des prix qui détruit tant de valeur pour l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire.   Le 15 novembre 2017, le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation saluait la signature d’une charte d’engagements sur le sujet comme « un accord historique engageant moralement et politiquement l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire » s’appuyant concrètement sur la concertation, la confiance et le combat. Qu’il s’agisse de Carrefour, Leclerc, Intermarché, Casino, Auchan ou Système-U, cette charte fut signée par l’ensemble des patrons de la distribution. Pour rappel, elle prévoyait notamment de mettre immédiatement en œuvre les principes et propositions issus des premiers Etats Généraux de l’Alimentation.   A peine deux ...