« Les prix vont devoir réaugmenter dans les 18 mois » – Mon intervention sur Europe 1

Dimanche 17 avril, j'étais l'invité d'Europe 1 dans l'émission EcoSystème animée par Emmanuel Duteil. Je suis revenu sur les négociations que j'avais déjà décrites ici, en rappelant que pour Nestlé cela représentait une baisse des prix de 10% depuis 3 ans. Pour certains produits comme Ricoré, le prix a baissé jusqu'à 40 centimes alors que dans le même temps le prix des matières premières a augmenté. "Depuis 3 ans, les prix chez @NestleFr ont baissé en moyenne de 10%" Richard Girardot, PDG #E1eco — Europe 1 (@Europe1) April 17, 2016 J'ai rappelé l'environnement dans lequel évoluent ces négociations, avec un regroupement des centrales d'achat des distributeurs qui les met en position de force. Les négocations avec les distributeurs dans l'alimentation : "la menace de dé-référencement existe pour tous" R. Girardot PDG de @NestleFr — Emmanuel Duteil (@EmmanuelDuteil) April 17, 2016 J'ai souligné que les prix devaient remonter car la survie de nombreux petits producteurs est en danger. "Les prix vont remonter ...

Négociations : un an après, rien n’a changé. Nous savons par quoi commencer

Cela fait un an que j’ai tiré le signal d’alarme et dénoncé les conditions dans lesquelles se déroulent les négociations entre les industriels et producteurs de l’agroalimentaire d'une part et la grande distribution d'autre part. Cela fait un mois que de nouvelles négociations ont eu lieu. Elles se sont clôturées avec le même constat, la même tristesse et les mêmes perspectives, de plus en plus alarmantes pour notre filière et tous ses emplois. D’abord, parlons de la méthode. L’ambiance de garde à vue que je décrivais n’a pas cessé, bien au contraire. Un patron de l’agroalimentaire a décrit sur RTL avec les mots les plus crus les négociations de cette année : « Des convocations le matin à 7:30 dans un box soit surchauffé soit glacial avec dans un premier temps des heures d’attente, ensuite 15 personnes qui débarquent, qui hurlent et qui insultent. » « Un climat de garde à vue , ...