« La grande distribution ne négocie plus, elle nous met en garde à vue »

Interview parue dans "Capital", publiée sur le site capital.fr le 31 mars 2015 : Pas langue de bois, ce grand patron dénonce le climat dégradé entre industriels et distributeurs. Entretien sans concession. Capital : Comment se sont déroulées les négociations commerciales de 2015 avec la grande distribution ? Richard Girardot : Sur le fond comme dans la forme, on ne peut plus appeler cela des négociations. Quand vos équipes doivent attendre huit heures, dont trois enfermées dans un box, pour signer un accord à 23h30, comme elles l'ont vécu le 28 février dernier, j'appelle plutôt cela une «garde à vue». Dans ma longue carrière d'industriel, je n'ai jamais vu ça. Capital : La création de mégacentrales d'achats entre distributeurs ne fait pas votre affaire... Richard Girardot : On avait démarré les discussions à la fin de l'été avec huit clients, on les a terminées avec quatre. Les nouvelles centrales ont imposé une baisse globale des prix. ...

« Nous dénonçons une situation de concurrence anormale » – Interview parue dans Le Figaro

Interview parue dans "Le Figaro Economie" du 31/03/2015 Lentschner, Keren, Letessier, Ivan LE FIGARO. - La guerre des prix a relancé les ventes en volume l'an passé, notamment celles des grandes marques. Comment Nestlé France en a-t-il profité ? Richard GIRARDOT. - En volume, le marché a été bon au second semestre, avec une meilleure consommation, sans vraie reprise. Mais il y a eu une dégradation en valeur, personne ne peut le nier. Chez Nestlé, ce n'est pas avec les volumes que nous analysons notre performance : nous regardons, en particulier, si l'évolution de notre chiffre d'affaires couvre l'inflation des matières premières. En 2014, cela n'a absolument pas été le cas. Nous avons écrasé nos marges pour continuer à être référencés chez les distributeurs. Ces derniers ont écrasé, eux aussi, leur marge sur nos produits, ce qui leur a permis de baisser de 7 % les prix des produits leader, comme Ricoré ou Mousline. Le pouvoir d'achat a ...

La charge de Nestlé contre les distributeurs

Article paru dans "Le Figaro Economie" du 31/03/2015 Le PDG de la filiale française du groupe suisse, premier fournisseur des grandes surfaces de l'Hexagone, prend la parole pour dénoncer les pratiques des enseignes. Du jamais-vu dans la bataille entre les industriels et leurs clients. Letessier, Ivan AGROALIMENTAIRE Le sempiternel conflit entre distributeurs et industriels de l'agroalimentaire atteint des sommets. Il s'est renforcé ces dernières années avec la guerre des prix que se livrent Leclerc, Carrefour, Casino et Auchan. Rendue plus facile avec la LME (loi de modernisation de l'économie) de 2008, cette bataille s'est intensifiée avec la crise. Avec le ralentissement de la croissance des ventes en grandes surfaces, gagner des parts de marchés est la seule façon de doper les ventes, et les enseignes doivent baisser les prix. Pour y parvenir, les distributeurs font pression sur les industriels des produits de grande consommation afin de payer le moins cher possible. La tension est encore montée ...