Coronavirus : l’absentéisme, « le plus grand danger » pour l’industrie alimentaire- Les Echos

Par 0 No tags Permalink 2

Cette semaine, j'ai été interrogé par Marie-Josée Cougard, journaliste au quotidien LesEchos, sur les conséquences de la crise actuelle auprès des entreprises de l'alimentation. Très bonne lecture. L'industrie alimentaire est « en ordre de marche » pour répondre aux besoins de la population. Certaines entreprises sont beaucoup plus sous pression que d'autres. Les fragilités ne tiennent pas tant à leur taille qu'à l'adéquation de leur offre aux nouveaux comportements des consommateurs. Le risque est à venir et lié à l'impact de la propagation du coronavirus sur les salariés, la demande et les arbitrages qui en découleront. Comment caractériser la situation de l'industrie agroalimentaire aujourd'hui ?  Le chef de l'Etat et le gouvernement nous ont assigné pour mission de veiller à nourrir les Français. Nous sommes en ordre de marche. Les entreprises ont toutes répondu présentes. Les usines fonctionnent. Nous avons des réunions quotidiennes, des échanges profonds et coordonnés avec tous les membres du gouvernement.  Tous les secteurs sont-ils ...

Transporteurs, continuons l’effort collectif

Par 0 No tags Permalink 0

" Nous comprenons parfaitement les conséquences de la crise sur les entreprises logistiques et de transport, maillon indispensable pour assurer l’approvisionnement des enseignes et commerces alimentaires. Les entreprises de l'alimentation sont dans la même situation : elles font face à des difficultés sous quelque forme que ce soit, dans le frais et l'épicerie, où l'on constate une volonté d'augmenter les tarifs de transports de façon non concertée. " " A tous nos collègues de la chaîne alimentaire, dont les salariés sont à pied d'œuvre quotidiennement, je dis : depuis le début de la crise, nous agissons dans un esprit d'union sacrée, alors respectons cet esprit. La crise va durer comme le soulignent le Premier ministre et le Ministre de la Santé, c'est pourquoi, organisons dans les faits les conditions de cette union sacrée, par le dialogue et la solidarité. Ce sont les seuls moyens de maintenir l'activité et de remplir la mission prioritaire que ...

MERCI AUX ENTREPRISES DE L’ALIMENTATION ET LEURS SALARIÉS

Par 0 No tags Permalink 0

Au nom de l’ANIA, de tous ses adhérents, syndicats représentants tous les métiers de l’agroalimentaire et avec les représentants des structures territoriales, je souhaite remercier les entreprises de l’alimentation et leurs salariés de leur extraordinaire mobilisation et de leur engagement.Dans cette situation si difficile et inédite, je salue leur investissement exceptionnel au service de notre mission commune : assurer l’approvisionnement de toutes les enseignes et commerces alimentaires pour permettre de nourrir les femmes et les hommes. Je sais ce que cela signifie pour chacune de nos 17 000 entreprises : d’abord assurer la protection des salariés afin que chacune, chacun puisse continuer d’assumer sa tâche dans des conditions de sécurité maximum ; ensuite adapter les process de production pour faire face à une demande plus forte et parfois modifiée dans ses formats, ses volumes. Je constate quotidiennement les trésors d’ingéniosité, de générosité de tous pour répondre présents, présents physiquement sur les lieux ...

VŒUX DE L’ANIA 2020

Par 0 No tags Permalink 0

Souvenez-vous ! Souvenez-vous du chemin, des embûches, du culot, de l’aventure. C’était il y a tout juste un an. Un chemin, celui d’une construction conduite par André Pecqueur, patron de la brasserie de SaintOmer. Nous venions de lui remettre le grand prix de l’Ania 2019. Souvenez-vous de son visage rayonnant. Il exprimait sa passion d’innover à partir de matières simples, brutes et saines. Il reflétait une fierté. Le créneau de l’excellence, le rayonnement d’une marque, d’un chiffre d’affaires doublé en cinq ans. Que nous disait son regard ? Ce regard que je lis en chacun de vous ce soir. Peut-être signifiait-il que vivre cette aventure humaine est une expérience aussi exigeante qu’exceptionnelle. André Pecqueur symbolise cette raison d’être du film que vous venez de voir. Ce plaisir de faire, d’échanger, de construire, de partager avec ses équipes. Ce plaisir de grandir. C’est cet esprit de conquête que je vous souhaite à tous ...

Halloween est fini : on arrête de se faire peur ?

Par 0 No tags Permalink 3

En cette fin d’année 2019, le « foodbashing » a atteint des sommets. Comme si Halloween avait contaminé les esprits : il n’a jamais semblé aussi facile de faire peur à nos concitoyens. Pas une journée, pas une heure sans qu’un média, une association ne parte en croisade contre nos assiettes. La recette est toujours la même. Prenez une entreprise de l’alimentation. Forcément méchante, cynique, qui a l’outrecuidance de créer des emplois sur le territoire et de valoriser un savoir-faire. Puis semez le doute : faites une étude à charge, insérez des mots compliqués, utilisez le conditionnel, (superbe façon de semer le doute sans en porter la responsabilité), ne lésinez pas sur les raccourcis :   Un exemple ? L’ONG Foodwatch qui évoque « des huiles minérales » trouvées dans du lait infantile.  Pour l’ONG, le sujet est parfait : des bébés et des parents qui vont forcément s’angoisser. En amont Foodwatch a bien léché sa communication. Sur le document de presse, on voit des bouteilles de lait ...

Voyage en terres inconnues.

Lâchez twitter, oubliez vos préjugés.   Le temps d’une journée quittez vos villes polluées : venez et voyez ! Le 7, 8, 9 novembre, plus de 120 entreprises de l’alimentation vous ouvrent leurs portes sur tous les territoires.  Vous voulez voir de l’intérieur comment vos aliments sont produits, vous avez des questions sur les recettes, des doutes sur les ingrédients ?  Ces journées portes ouvertes sont à marquer d’une croix dans votre agenda. Choisissez la taille qu’il vous plait : petits ou gros. Il y a tout ce qu’il vous faut : huiles Lesieur à Vitrolles, pizzas Buitoni à Caudry, Confiseries Alex et Olivier dans le Loiret, œufs Geslin en Vendée, Divine fromagerie en Haute-Marne, fromage Petit Billy en Ille-et-Vilaine, Biscuits l’Atelier Saint-Michel en Loir-et-Cher, Jus de fruits Caraïbes en Guadeloupe…  Vous verrez qu’ici, dans les territoires, il n’y a pas de faux débat entre PME, ETI et grandes entreprises de l’alimentation. Chacune est partie intégrante du paysage. Dans ces communes, nulle mise en scène artificielle des « gentils petits » contre les « méchants gros ». Ces ...

Trêve estivale sur l’intox ?

Par 0 No tags Permalink 12

L’été, c’est le temps des trêves, celles que j’ai notamment appelées de mes vœux lors du « Dîner de l’Ania ». Une main tendue qui n’est pas factice. J’en suis chaque jour davantage convaincu, notre salut viendra seulement d’une coopération étroite entre les trois maillons de la chaîne alimentaire : agriculteurs, industriels, distributeurs au bénéfice de nos consommateurs communs. Mais, il faut en finir avec les petites phrases.   Alors, je dois l’avouer, quand dans LSA un grand distributeur explique qu’il n’y aurait pas de comportements douteux d’acheteurs dans « les box de négo ».  Quand je lis que les pratiques de certains acheteurs que nous dénonçons ne seraient « que des pantalonnades », je ne peux l’accepter. Et les 5,5 milliards de déflation dus à une guerre des prix, sont-ils eux aussi une pantalonnade ? Le fait que ces propos soient tenus par un patron de la distribution est triplement dommageable : Il envoie un message calamiteux à toutes les forces commerciales : refuser d’admettre qu’il existe ...

Grand dîner de l’ANIA 2019

Mardi 3 juillet s’est tenu au Pavillon Gabriel le grand dîner de l’Ania en présence notamment de Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, d'Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, et de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères de Jean-Yves Le Drian. L’occasion pour Richard Girardot de s’exprimer lors d’un discours introductif. Grand dîner de l'ANIA 2019 Mercredi 3 juillet 2019 Bonsoir Monsieur le Ministre, Bonsoir cher Didier, monsieur le Ministre de l’Agriculture,  Très cher Monsieur Guillaume, Ministre de l’Alimentation,  Chers parlementaires, Chers représentants de l’État,  Chers collègues de la filière,  Chers fidèles partenaires présents ce soir :  AG2R, Crédit Agricole, E&Y, BWT, Mérieux NutriSciences, et Nielsen Chers amis,  Et si ce soir nous faisions une trêve ? Si ce soir, nous mettions le plaisir et l’unité au centre de nos tables ?  Si tout simplement, nous décidions d’être bien dans nos assiettes. Bien-sûr, j’aurais pu tirer parti de cette prestigieuse audience pour reprendre mon bâton de pèlerin ...

L’économie de la peur.

Mauvais Forcément mauvais ! Forcément partiaux ! Forcément mensongers !   Chaque fois que les entreprises de l’alimentation travaillent sur un projet qui améliore OBJECTIVEMENT la vie des consommateurs, les marchands de la peur font obstruction. C’est leur business qui est en jeu. Les entreprises de l’alimentation travaillent sur une base de données fiables et mise à jour directement par les fabricants. Ils créent une plate-forme qui pourra ainsi servir une application comme YUKA ou Open Food Facts, et même les enrichir. Méfiez-vous, fuyez : c’est forcément une arnaque ! On pourrait décliner cet exemple à l’infini. Une entreprise de l’alimentation réduit le sel dans ses produits depuis 10 ans : tromperie ! Les entreprises de la sucrerie réduisent les quantités de sucre ? Mensonge ! Un chercheur sort une étude qui ne plaît pas aux marchands de la peur ? Ce dernier est forcément « acheté ». Cette vision manichéenne est non seulement datée. Mais aussi dangereuse. Face au défi collectif de mieux se nourrir, jouer les uns contre les autres n’est tout simplement pas une option. De même ...

Le prix vise d’autres proies

Cela fait déjà 4 ans que je persévère sur ce blog dans la dénonciation de la « guerre des prix » et la déflation qui mobilise la distribution. Après avoir été relativement seul à agiter mon drapeau blanc, j’ai suivi une évolution dans les mentalités, une prise de conscience dont nous avons vu un premier aboutissement, à confirmer, avec les États Généraux de l’Alimentation et la loi qui les a suivis. En tant que vétéran, j’ai appris à me méfier des effets d’annonce. J’ai aussi appris à écouter mes éclaireurs qui m’informent des prochains champs de bataille, des prochains vainqueurs et vaincus. Depuis quelques mois, la guerre des prix fait des dégâts sur des nouveaux terrains. Elle change de victimes. Cette quête sans fin du toujours moins cher, que certains nous présentent comme vertueuse pour l’intérêt du consommateur et le dynamisme du secteur de la grande distribution, est en fait en train de la tuer à petit ...